fond bas mandrin

Le Songe d’une nuit d’été

Deux couples d’amoureux, une dispute entre le roi des elfes et la reine des fées, et le lutin Puck avec sa potion qui se plaît à embrouiller les sentiments, sont les principaux ingrédients de cette fantaisie shakespearienne. Ces personnages insolites croisent la route d’une troupe de comédiens amateurs, occupée à la préparation d’une pièce pour le mariage d’un prince. Leur collision a lieu dans une forêt, quelque peu magique, au cours d’une nuit d’été qui se révèle aussi ensorcelante que labyrinthique. L’univers décalé du film Chat noir, chat blanc de Emir Kusturica sert ici d’inspiration. Aussi Juliette Rizoud déplace-t-elle la situation, qui se déroule initialement à Athènes, dans un village tzigane. Les mythes et légendes font face à la trivialité et la pauvreté. Le fantasme d’une bohémienne se confronte à un bandit à la veste mitée… Réalités et irréalités deviennent indémêlables et provoquent à l’infini des imbroglios. Antagonisme et dualité sont ici les maîtres du jeu, ils nous font passer du rire au sérieux et du tragique à l’humour.
Une farandole haute en couleur où les corps dansent, chantent, portés par un souffle de poésie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *